Emmanuel et son pointer Dylan
Emmanuel et son pointer Dylan
Mon ami Graziano toujours en pleine forme
Mon ami Graziano toujours en pleine forme
Jean et son setter Tomy du Bois de Balisy
Jean et son setter Tomy du Bois de Balisy
Une belle journée de chasse
Une belle journée de chasse
NÎGER Tialer, CACS meilleur de race Chartre
NÎGER Tialer, CACS meilleur de race Chartre
Laurick et son setter anglais Basic
Laurick et son setter anglais Basic
Mon ami Graziano avec son setter Glaukos
Mon ami Graziano avec son setter Glaukos
Education d'un Braque Alemand avec Patrick
Education d'un Braque Alemand avec Patrick
Sagesse à l'envol parfaite
Sagesse à l'envol parfaite
Breton à l'arrêt dans la plaine champenoise
Breton à l'arrêt dans la plaine champenoise
Lia en séance d'éducation
Lia en séance d'éducation
Un Setter Anglais dans son parcours
Un Setter Anglais dans son parcours
Après un concours, les juges aux résultats
Après un concours, les juges aux résultats
Pendant le résultat le silence est d'or
Pendant le résultat le silence est d'or
La longue caravane des Fiels
La longue caravane des Fiels

Vous  avez  le  choix  aujourd'hui  entre   au moins une vingtaine de races concernant nos chiens d'arrêt, c'est  dire, à  quel  point  vous  devez  être  perplexe. Mais, auparavant, nous  devons  vous parler d'une querelle  entre  partisans  de  la " Quête  étendue " et  ceux  de la " Quête de Chasse ", c'est une fausse querelle.

    On veut démontrer que les chiens à " Quête étendue ", c'est à dire, les chiens anglais sont supérieurs aux chiens à " Quête restreinte " que sont les continentaux, en vertu de l'adage " qui peut le plus peut le moins ". Autrement dit, qu'un chien qui quête très loin peut être dressé à quêter plus court. Son nez plus puissant  sera  plus  efficace. Il  y  a  plusieurs  dizaines d'années, on a écrit beaucoup de choses sur ce sujet. Pour  tous vous dire cette querelle est ridicule. Le chasseur doit rechercher le chien qui convient à sa  façon  de  chasser, aux  terrains sur lesquels il chasse aussi, à son tempérament. Pour la plupart, les chasseurs  veulent  des  chiens  à " courte quête ". Souvent, quand  on  demande  à  un chasseur si son chien chasse bien, il répond " oui et surtout il ne va pas loin ".

    C'est  une  conception  légitime  du  travail  du  chien, ce  n'est  pas  la  nôtre, mais  chacun  est  libre.

    Quand  à  moi, j'entends  souvent dire que le chien à " courte quête " est le chien du grand-père qui a du mal à se mouvoir et ne bat pas beaucoup de terrain. Personnellement, plus on vieillis, plus on marche difficilement, plus  on  recherche  des  chiens  à " Quête  étendue " qui battent le terrain que l'on ne peut plus parcourir. Ils l'explorent à notre place. On ne vois pas comment un chasseur qui marche difficilement et  bat  peut  de  terrain trouvera du gibier qui, par un fait exprès, se tiendra où lui et son chien ne seront pas  passés. Pour moi, c'est mon avis, ma façon de faire, je les trouvent logiques, mais je ne vous oblige pas à les partager.

    Le  chasseur  que  vous  êtes  doit aussi se méfier des modèles. Nous rencontrons des personnes qui nous  disent  " j'ai  un  ami, il  a  un  chien  sensationnel, il  arrête  ferme  tout gibier, il est courageux, bat beaucoup de terrain, rapporte bien, est d'une obéissance à toute épreuve, etc... Je cherche un chien de cette race ".

    Elles  choisissent  dans  cette  race là et elles sont déçues, c'est la catastrophe. Parce que dans cette race, elles ne se sont pas adressées à un bon éleveur ; elles ont donc acquis un sujet avec des qualités moyennes  ou  même sans qualité, qui de ce fait, ne ressemblera jamais au modèle, soit que ce chien ne convienne  pas  au  terrain, soit au genre de chasse ou tout simplement au tempérament du propriétaire.

    NE JUGER PAS DE LA QUALITE DES CHIENS PAR LEUR RACE, MAIS PAR LEUR SOUCHE, c'est  à dire, d'après  les  antécédents  des  parents, des  grands-parents  et  si  possible  des  arrières  grands-parents. Les  récompenses  obtenues  dans  les  concours de " Field Trials " ont une grande importance. Pour  moi ma préférence va aux chiens qui courent au printemps sur perdreau. C'est parmi ceux-ci qu'on trouve les sujets qui ont le plus grand nez et la plus grande entreprise. 

    Il  nous  faut  aussi  vous parler de ce slogan si souvent entendu, même dans la bouche de personnes beaucoup  plus  intelligentes  que nous et d'une culture bien supérieure à la nôtre " UN CHASSEUR N'A QU'UN BON CHIEN DANS SA VIE ".

    Et  bien  moi je plains beaucoup le chasseur qui n'a eu jusqu'à présent qu'un bon chien dans sa vie et je  regrette  qu'il  ait  eu  le  courage  de supporter trop longtemps de mauvais auxiliaires et qu'il n'ait pas sincèrement cherché pour en trouver de meilleurs. Il serait bien embarrassé pour faire la distribution des prix. Il  est  possible  que  pour tel ou tel il y ait une préférence légère, mais reconnaissant que les autres étaient  excellents. D'ailleurs, comment  voulez-vous comparer un chien mort depuis longtemps, qui vous a  permis  de  belles  réussites  (vous  ne  pensez   pas  aux  échecs)  à  une  époque  où  le  gibier  était abondant, avec un excellent chien d'aujourd'hui qui rencontre peu de gibier ?

    Pour  porter  un  jugement  juste, il  faudrait  faire  courir  ensemble  ces  deux chiens et comparer leur travail. C'est  impossible. Cette  considération  m'amène  à  dire que pour les chiens d'arrêt, comme pour les  humains, il n'y a pas d'égalité des chances. Un chien aux qualité exceptionnelles, qui sera acquis par un  propriétaire  nerveux, brutal, impulsif, ne  fera  absolument  rien. Il  aura  même  peur  de  la  chasse. Un autre, avec les  mêmes qualités sera le compagnon d'un propriétaire qui chasse dans un désert, il ne pourra pas développer ses dons.

    Par  contre, un chien  médiocre, va échoir à un propriétaire patient, compréhensif, habitant une région giboyeuse, il  deviendra  très meurtrier parce qu'il pourra développer au maximum les qualités moyennes qu'il possède.

    Donc, quand  un  chien  ne  donne  pas  satisfaction, la  plupart du temps c'est à cause de son maître, mauvais professeur qui n'a pas su lui enseigner la chasse et ses ruses.

    Si, à  la  chasse, on veut faire équipe avec son chien, équipe aussi parfaite que possible, il faut choisir le  compagnon  qui  convient. Bien  sûr, dira-t-on, c'est  une vérité de La Palice, mais trouver le chien qui convient n'est pas facile et demande un long examen.

    Si  vous  êtes  doué  pour le dressage, c'est-à-dire, si vous avez une bonne dose de patience, si vous êtes doux, très observateur et connaissez la psychologie canine, si vous avez de l'autorité, de la fermeté sans  brutalité, prenez  un  chien à  " Grande Quête ". Mais il vous faudra encore trier parmi les races à " Grande  Quête " suivant  l'endroit où vous chassez : plaine, bois, marais ou pays plus ou moins bocager. N'importe  quelle  race  peut  s'adapter  à  toute  chasse, mais  certaines  ont été sélectionnées pour des chasses  particulières. A vous de voir si vous n'avez pas besoin de choisir dans une race ou une souche spécialisées.

    Si, au  contraire, vous  n'êtes  pas doué pour le dressage, soit que vous manquiez de patience ou que vous n'ayez pas assez d'autorité, recherchez un sujet dans une race calme, facile à dresser et là encore, tenez  compte  du  terrain  et  du  genre  de  chasse  que  vous  pratiquez. Etant  donné la diversité il y a possibilité de choisir selon vos préférences quant à la forme, la couleur et le style...........