Emmanuel et son pointer Dylan
Emmanuel et son pointer Dylan
Mon ami Graziano toujours en pleine forme
Mon ami Graziano toujours en pleine forme
Jean et son setter Tomy du Bois de Balisy
Jean et son setter Tomy du Bois de Balisy
Une belle journée de chasse
Une belle journée de chasse
NÎGER Tialer, CACS meilleur de race Chartre
NÎGER Tialer, CACS meilleur de race Chartre
Laurick et son setter anglais Basic
Laurick et son setter anglais Basic
Mon ami Graziano avec son setter Glaukos
Mon ami Graziano avec son setter Glaukos
Education d'un Braque Alemand avec Patrick
Education d'un Braque Alemand avec Patrick
Sagesse à l'envol parfaite
Sagesse à l'envol parfaite
Breton à l'arrêt dans la plaine champenoise
Breton à l'arrêt dans la plaine champenoise
Lia en séance d'éducation
Lia en séance d'éducation
Un Setter Anglais dans son parcours
Un Setter Anglais dans son parcours
Après un concours, les juges aux résultats
Après un concours, les juges aux résultats
Pendant le résultat le silence est d'or
Pendant le résultat le silence est d'or
La longue caravane des Fiels
La longue caravane des Fiels

GRANDE  QUÊTE  D'HIVER  2015

Notre ami Camille Dave sur un superbe coulé de son setter anglais GIONO DU VAL DU RUTH

Nos  4  journées  de  GQ  d'hiver sont achevés et je revient sur ce rendez-vous qui rassemble des chiens hors normes, de véritables guerriers au mental exceptionnel.....

Ses  4 jours de GQ font du bien au moral.... Simplement parce que nous y retrouvons les vrais valeurs  de  ce  métier  passionnant ; le  respect, c'est  pour cela qu'il est de forme de féliciter les  conducteurs  de  ses  véritables  formule 1 et  de saluer nos juges qui ont oeuvré, comme les conducteurs, parfois face aux éléments naturels.

Ce  qui  aide  également  à créer cette ambiance particulière vécue à l'occasion de ses 4 jours  de  GQ, ce  sont  les  amateurs  avec  notre ami Graziano comme chef de fil qui représentaient cette saison 25% des chiens conduits.

 

Je  pense  que  les  pros  qui  présentent  en  Grande  Quête  ont  pour  la  majorité  un  esprit d'amateur. Et  puis, ce  qui  est  savoureux, c'est  que  les  juges  ne  sont  pas  les  derniers à détailler les grands parcours !


Merci  à  nos  guides, Jean, Christian, Philippe  qui  sont  les  travailleurs  de  l'ombre mais qui mettent  les  concurrents  dans  les  meilleurs  conditions. Souvent ils savent dire le petit mot pour remonter le moral des participants.

Nous  remercions  également  les  agriculteurs  et les présidents des sociétés de chasse sans qui  nous  ne  pourrions  pratiqué  notre  sport  préférer, merci pour leur accueil et leur étroite collaboration, pour  le  prêt de leurs terrains sur lesquelles les 48 chiens ont évoluer pendant ces 4 jours de Grande Quête.

 

Nous  souhaitons  que  ce  type  de  concours  perdure  parce  que  ces  compétitions  sont  si difficiles et si exigeantes que seuls les grands chiens peuvent espérer y briller.

Cette année les setters ont dominé les débats ; mais nous avons vu quelques jeunes pointers qui devraient renter dans la cour des grands très prochainement....

 

Nous  somme  tous  impatient  de  retrouver  cette  ambiance,  mais  en  attendant, nous  vous souhaitons  une   bonne  et  heureuse année à toutes et tous ainsi qu'à tous vos compagnons à 4 pattes.

L'ACTUALITE DE LA GRANDE QUÊTE

OPEN de FRANCE de GRANDE QUÊTE 2015

L'OPEN DE FRANCE patronné par l'ADP, le PC et l'ADCCA

-------------------------------------------------------------------------------

Nos amis Pierre Avellan, Yves Tastet et Vladimir Démaretz les 3 juges du barrage final
Nos amis Pierre Avellan, Yves Tastet et Vladimir Démaretz les 3 juges du barrage final

Un  beau  et  bon  vainqueur  notre  ami Graziano à gauche  sur la photo en compagnie de son fantastique  GLAUKOS  un  Setter  Anglais  plein  de talent, un preneur de point de 1ère classe avec  une  amplitude  de quête énorme, des remontés d'émanations des plus strictes, enfin un vrai grand canard.

GLAUKOS au découplé et c'est partie pour la victoire
GLAUKOS au découplé et c'est partie pour la victoire
Le débrief de la journée avant le départ
Le débrief de la journée avant le départ
Notre ami Camille Dave au découplé
Notre ami Camille Dave au découplé
Gérard en compagnie de ses 3 juges sur les terrains des Grandes Chapelles
Gérard en compagnie de ses 3 juges sur les terrains des Grandes Chapelles

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Mon ami Graziano, un amateur passionné et éclairé.

Graziano a commencé il y a une vingtaine d'années avec une Setter Anglais,       Ive de la Ferme St Vannes. Il a fait également des  épreuves à " l'Allemande "       et puis du Gibié Tiré et des BICP, il adore encore aujourd'hui ce genre d'épreuve.   il a débuté " la Grande Quête " par hasard en 2003 avec un Setter Anglais Mâle, Yoga de Coriam, et le soir il obtient le titre suprême l' IT.

Vous pouvez retrouver son interwiew dans la rubrique " CONCOURS GQ ".

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Regards sur la Grande Quête dans les field-trials

LA GRANDE QUÊTE, pour les races de chiens britanniques, peut-être comparée à ce qu'est la Formule 1 à l'automobile : Un Must.

De cette discipline sont issus les plus Grands Chiens. Des sujets dotés d'un grand nez, d'un esprit de décision et d'initiative hors du commun, d'une grande passion de la recherche du gibier, et, cerise sur le gâteau, d'un style proche de la perfection.

Plus qu'un concours ou qu'une compétition, la raison d'être essentielle des fields-trials est avant toute autre chose la selection des sujets les plus représentatifs de leur race en vue de la reproduction des chiens destinés à la chasse. Pour la Grande Quête, cette selection exige de la part des chiens des qualités naturelles maximales.

Mais avant d'évoquer cet aspect classique et pratique, arrêtons nous d'abord sur les réactions émotionnelles d'une telle rencontre, vous le saurez et il y aura bien des choses que vous aurez oubliées avant que le souvenir ne vous en ait quitté.

La Grande Quête presque constamment terne, mais illuminée de plusieurs minutes éblouissantes.        Un quart d'heure pendant lequel, à chaque seconde, en toutes circonstances, l'irréparable peut se produire. Quoique ce ravissement mêlé d'anxiété nous semble par trop éphémère, ce sera la révélation, peut-être " l'enfièvrement ", cette passion qui comme la foi soulève les montagnes, ou bien cette folie qui n'appartient qu'à cette institution, mais n'est-on pas toujours un peu fou quand on n'est pas sage à la manière des autres ?

Est-il déplacé ou éxagéré de considérer la Grande Quête comme un art ? Un art mineur certes, modeste, " impermanent ", fugace ; un art tel que lorsque l'exécution de l'oeuvre est terminée, il n'existe plus que dans la mémoire de ceux qui l'ont vu et disparaît avec eux. Les toiles du peintre, les livres de l'écrivain demeurent ; le grand parcours, lui, ne laisse de trace que dans la mémoire des témoins et la mémoire, elle, n'est que ce qu'elle est, pas toujours fidèle.

Vous avez le droit de penser que l'art d'un artiste peintre ou celui d'un écrivain renommé démontre plus de constance que celui prétendu de la Grande Quête. Mais nous n'avons connaissance que des toiles ou des livres qu'on veut bien nous livrer ! Combien d'essais de maîtres ont fini au panier ?               Combien de ratures ou de retouches sont nécessaires pour atteindre la perfection que nous admirons ? La Grande Quête ignore le play-back, tout est en direct...

On peut recevoir la Grande Quête aussi passionnément ici ou là, comme on assiste aussi passionnément à une partie de football en Angleterre ou en Ecosse qu'on le fait en Italie ou en Espagne.

Il n'en demeure pas moins une différence de sensibilité dans la perception du spectable entre deux publics issus de civilisations anglosaxonne d'un côté et latine de l'autre.

L'ambiance et l'atmosphère qui se dégagent dans le stade de Manchester sont différentes de celles d'un match disputé dans le " Nou Camp " de Barcelone. Il n'est pas question ici de privilégier les unes au détriment des autres, mais simplement d'essayer de comprendre cette dissemblance.

Peut-être s'agit-il d'une passion plutôt rationnelle pour les uns et d'une émotion plus sensitive pour les peuples du sud ? Le coeur et la raison ?

 

L'envie de donner du rêve, d'une activité d'origine purement britanique, la chasse au chien d'arrêt de race anglaise et part extension les fields-trials, les Européens du continent ont développé un sport spectacle où l'inspiration est présente : on participe avec le corps et avec l'âme. L'inspiration ne se commande pas, elle arrive ou n'arrive pas ; mais elle est plus près de celui qui a une conception artistique des choses que de celui qui ne l'a pas.

La majorité des individus de la Grande Quête, d'où qu'elle provienne, peut avoir l'expérience, le métier, l'aisance mais ce n'est pas pour autant qu'ils sont inspirés.

Cela n'arrive qu'à ceux qui ont une conception artistique de la chose, de ceux qui ont envie de donner du rêve.

Ce qu'on pourrait appeler l'art de la Grande Quête, c'est justement ce qui ne s'apprend pas, ce qui ne peut pas s'enseigner.

Dans chaque parcours, il faut laisser aller son âme ; à chaque lacet, laisser à sa sensibilité le temps de résonner pendant que passent et repassent devant soi les chiens. Dans l'individu de Grande Quête il y a un zeste de poète, cet-à-dire de quelqu'un qui ne pense pas assez, une lueur d'artiste ; rien de fantaisiste pourtant mais un peu plus d'âme. Bien sûr, cela n'est toujours pas très bien compris : ils sont fous ces Romains !...

Le nec plus ultra de la Grande Quête, c'est de faire en sorte que les choses paraissent faciles, mais aussi qu'elles le soient, avec le plus grand naturel.

La Grande Quête la plus jolie est celle qui ce fait le plus naturellement. Le couple " homme-chien " doit arriver avec l'énergie dont il dispose, c'est-à-dire avec du sentiment. On le transmet et on le partage lorsqu'on peut le ressentir très fort. Triompher sans sentiment, ce sera sûrement passager, ce sera vite oublié. L'art de la Grande Quête n'est pas qu' une simple affaire de technique ; il y faut également cette sorte de feu intérieur qui n'est pas toujours là.

Le poëte a dit un jour : on ne peut rien faire de grand sans une parcelle d'amour.