Emmanuel et son pointer Dylan
Emmanuel et son pointer Dylan
Mon ami Graziano toujours en pleine forme
Mon ami Graziano toujours en pleine forme
Jean et son setter Tomy du Bois de Balisy
Jean et son setter Tomy du Bois de Balisy
Une belle journée de chasse
Une belle journée de chasse
NÎGER Tialer, CACS meilleur de race Chartre
NÎGER Tialer, CACS meilleur de race Chartre
Laurick et son setter anglais Basic
Laurick et son setter anglais Basic
Mon ami Graziano avec son setter Glaukos
Mon ami Graziano avec son setter Glaukos
Education d'un Braque Alemand avec Patrick
Education d'un Braque Alemand avec Patrick
Sagesse à l'envol parfaite
Sagesse à l'envol parfaite
Breton à l'arrêt dans la plaine champenoise
Breton à l'arrêt dans la plaine champenoise
Lia en séance d'éducation
Lia en séance d'éducation
Un Setter Anglais dans son parcours
Un Setter Anglais dans son parcours
Après un concours, les juges aux résultats
Après un concours, les juges aux résultats
Pendant le résultat le silence est d'or
Pendant le résultat le silence est d'or
La longue caravane des Fiels
La longue caravane des Fiels

LE DEBUT D'UN JEUNE CHIEN

Voici IGOR des ROCS du VELLAN 2mois et demi en arrêt.

                                            Père : EDO du SENTIER des LUTTINS (chp GQ)

Mère : EYLLA de l'ECHO des THIVILETS

IRON 4 mois " une valeur sure " en arrêt sur un trio de perdreaux

Les  débuts d'un jeune chien de chasse sont très importants et vont conditionner toute sa vie de chasseur.

Comme  pour  n'importe  quel  activité, il  vaut mieux débuter avec un bon professeur : c'est du temps de gagné et la certitude de ne pas acquérir des défauts difficiles à effacer ensuite.

1ère saison

Le  contact, l'arrêt  et  le  rapport  naturel  sont  les  3 points  qui  seront  travaillés en priorité la première année. Bien  entendu, le  jeune  chien  est  très  rapidement  habité au coup de fusil car l'objectif est qu'il soit près à chasser le jour de l'ouverture.

Votre  chien sera initié au collier de dressage et nous vous conseillerons pour bien l'utiliser car la plupart des chasseurs en possèdent un et l'utilisent très mal. (RDV à la rubrique l'électronique)

2ème saison

Une  révision  des  acquis  est  souvent  nécessaire  avant  la  deuxième  saison de chasse mais on peut également  aborder  des  points  de  dressage  plus  poussés  comme  la  sagesse  à l'envol et au feu, le rapport appris (en cas d'absence de rapport naturel au cours de la première saison de chasse).

LA  PEUR  DU  COUP  DE  FEU

Beaucoup   de   chasseurs   rencontrent   ce   problème  avec  leur  jeune  chien, et, exception  faite des donneurs de bons conseils, rien de sérieux ne leur est proposé. La  plupart  du temps les dresseurs soit refusent  de  prendre  leur chien et leur conseillent d'en changer, soit ne s'engage ni sur un délai, ni sur un résultat.(Contactez nous nous avons probablement une solution).

En général, le jeune chien commence par revenir dans vos pieds quand vous tirez, puis il reste dans vos bottes  et  finit  par  se  sauver. Au  premier  stade, il  vaux  mieux  arrêter de l'emmener à la chasse et le confier à une personne qualifiée (contactez nous) car vous risquez d'agraver le problème.

TECHNIQUE  ET  NATUREL

Le  dressage  d'un  chien  d'arrêt n'est pas une science exacte et, bien souvent, ce sont les situations et les circonstances qui dictent sa conduite au professeur.

Des terrains adaptés au travail d'un chien d'arrêt et des oiseaux naturels au pire très volants permettent d'obtenir  le  meilleur  de  la  plupart  des  sujets de bonnes  origines. Plus le comportement du gibier est naturel, plus  il  évolue et diffère selon les cas et plus l'élève progresse. Le gibier d'élevage a toujours le même comportement et sa passivité offre donc peu de résistance. Dès  que  le  chien  a  compris ce qu'il doit faire, il ne réfléchit plus et se contente d'appliquer " bêtement " ce qu'il a appris. Le chien est un être d'habitude et il s'habitue vite à la médiocrité. J'en  veux  pour  preuve  ces chiens  qui  chassent le faisan lâché du matin sur un territoire qu'ils connaissent souvent comme leur poche. Ils  sont  imbattablent pour remplir le carnier de leur propriétaire avant les 10heures  du  matin  mais  finissent le reste de la journée dans les bottes. Comme  s'ils  savaient  exactement  combien  d'oiseaux avaient été lâchés. Il en est tout autrement du perdrier ou du bécassier qui continue inlassablement d'explorer les betteraves  ou le bois certain  que  son  effort  peut  être  payant  même à quelques  minutes de rentrer à la voiture. Beaucoup s'étonnent  de  ne  pas  avoir  le  chien  qu'ils  méritent  mais ont-ils fait  toutes les sorties  nécessaires à sa formation, lui ont-ils fait voir suffisamment d'oiseaux pour le passionner ?

La  technique vient souvent suppléer le manque ou l'absence de gibier naturel mais elle ne doit pas être une fin en soi. Que  m'importe  un  chien  qui arrête les boîtes d'envol et est sage comme une image sur les pigeons et est incapable de bloquer le moindre oiseaux sauvage.... Tout  ceci pour dire qu'il faut très vite sortir de salle de classe et de théorie pour aller sur le terrain et se confronter aux travaux  pratiques. En réalité, le programme idéal de travail serait celui-ci :

EVALUER  SON  CHIEN

Il  s'agit  de  vérifier  les  qualités  naturelles d'un chien avant de le confronter à la difficulté. Cette phase permet aussi au propriétaire d'évaluer les qualités et les défauts de son jeune chien. 

 

Cette  évaluation  peut  être  sur  du  gibier  d'élevage (exceptionnellement) pour  ne pas perdre trop de temps. 

 

Dès  que le chien arrête puis poursuit, on est en mesure de porter un premier jugement sur son style, la fermeté de son arrêt, sa  puissance  de  nez et sa passion de la chasse. Arriver à ce stade peut prendre plusieurs séances. Dans un deuxième  temps, on  peut  tester  son comportement au coup de fusil et au rapport ainsi que son aptitude à patronner naturellement ou pas.

 

A  partir de la, on est en mesure d'établir un plan de travail pour son chien en fonction des constatations que l'on a faites sur le terrain.

 

Dans  le  meilleur  des  cas, il  a  arrêté  et  rapporté  sans  n'approuver aucune gène au coup de feu et patronne spontanément.

 

AVEC D'AUTRES CHIENS ON VA CONSTATER QUE :

1/ Il n'arrête pas : il  va donc falloir déclancher cet arrêt naturel avant de le mettre en présence de gibier sauvage pour éviter de perdre trop de temps.

2/ Il  présente  une  légère  timidité  au  coup  de  feu : il va falloir l'initié au fusil et le mettre en confiance avant d'entreprendre tout dressage.

3/ Il  ne  rapporte  pas : il  ne  faut  donc  pas  travailler  la  sagesse  à  l'envol  tant qu'il ne rapporte pas naturellement ou alors il faut d'ores et déjà prévoir un rapport appris en fin de dressage.

4/ Il  ne  patronne  pas : il  faudra  assez  rapidement le mettre en  couple pour tenter de déclancher cet instinct toutes les 3 sorties environ.