Emmanuel et son pointer Dylan
Emmanuel et son pointer Dylan
Mon ami Graziano toujours en pleine forme
Mon ami Graziano toujours en pleine forme
Jean et son setter Tomy du Bois de Balisy
Jean et son setter Tomy du Bois de Balisy
Une belle journée de chasse
Une belle journée de chasse
NÎGER Tialer, CACS meilleur de race Chartre
NÎGER Tialer, CACS meilleur de race Chartre
Cédric en compagnie de Feeling PEM . Femelle
Cédric en compagnie de Feeling PEM . Femelle
Laurick et son setter anglais Basic
Laurick et son setter anglais Basic
Mon ami Graziano avec son setter Glaukos
Mon ami Graziano avec son setter Glaukos
Education d'un Braque Alemand avec Patrick
Education d'un Braque Alemand avec Patrick
Sagesse à l'envol parfaite
Sagesse à l'envol parfaite
Breton à l'arrêt dans la plaine champenoise
Breton à l'arrêt dans la plaine champenoise
Lia en séance d'éducation
Lia en séance d'éducation
Un Setter Anglais dans son parcours
Un Setter Anglais dans son parcours
Après un concours, les juges aux résultats
Après un concours, les juges aux résultats
Pendant le résultat le silence est d'or
Pendant le résultat le silence est d'or
La longue caravane des Fiels
La longue caravane des Fiels

L'éducation du chiot :

Après la journée de chasse ce sont les grandes discutions, et là, il y a encore des chasseurs à l'esprit incrédule.

L'après chasse est toujours l'occasion de longues discussions dans lesquelles ce confrontent à coup sûr des opinions bien divergentes ; et le dressage de nos chiens d'arrêt n'y coupe pas.

L'ignorance  et  les  idées  reçues  sont  responsables  de  la  plupart  des  erreurs, et  dans  le domaine de l'éducation des chiens de chasse peut être plus qu'ailleurs. En effet nous ne possédons pas tous une réelle  expérience  des chiens et ces derniers sont des animaux intelligents, faisant preuve de sensibilité, capable  d'analyses  et  de raisonnements logiques. Lorsque l'on oublie que cette logique n'est pas celle des hommes mais propre aux chiens, on dit ou on commet tôt ou tard des bêtises.

Par  ailleurs, un  bon chien de chasse naît avec au fond de lui-même une passion latente mais qui devra devenir  dévorante  de  la  chasse  et du gibier. Tout acte d'éducation réduisant et abîmant cette passion est une abérration. Or  pour  certains  chasseurs, un  chien est bien dressé lorsqu'on a réussi à étouffer toutes ses capacités d'initiatives pour en faire un robot, n'agissant que sur des directives de l'homme. Rien  n'est  plus  attristant  que  de  voir  un chien d'arrêt à qui l'on a interdit de donner libre cours à ses qualités  naturelles  de  trouveur de gibier et qui fait l'admiration des profanes uniquement parce qu'il ne chasse pas ! Certes, en restant à moins d'une portée de fusil de son maître il ne dérangera personne et encore moins le gibier.

L'éducation d'un chien de chasse a pour but d'en faire le meilleur compagnon possible dans une activité qui le lie à son maître dans le partage d'un même instinct. L'éducation pour l'éducation c'est bien, mais à partir  du  moment  où  votre  chien forme avec vous une équipe efficace et animée par un but commun : chercher et trouver le gibier, son éducation est faite. Le  reste  est  une  somme  de  détails  à  mettre au point, indispensables  ou  non  suivant la personnalité et les possibilités de chasse du maître. Celui qui a compris  que  chasser n'est pas  uniquement tirer le gibier mais d'abord et avant tout le  traquer, celui-là  saura  éduquer  son chien et déceler les conseils et les méthodes qui s'appliqueront et conviendront au caractère  de  son  compagnon. Il  évitera  ainsi  les  idées préconçues de l'éducation transmise par des générations  de  personnes  serte  bien  intentionnés, mais  qui  oublient que la chasse et les chiens ont évolué et évoluent encore car en la matière, l'immobilisme, aussi confortable soit-il n'est pas de mise.

Le dressage chasse :

Le dressage

Quel budget pour un dressage chien d'arrêt

En règle générale, le dressage d'un chien d'arrêt dure entre quatre et huit semaines

Son  coût  moyen  global, varie  entre  900  et  1500 euros. Ces  prix  s'entendent  TTC  et comprennent en  même  temps la pension  dont le prix journalier  est d'environ 8 euros pour les chiens en dressage. Il ne faut pas comparer ce prix d'entretien d'un chien en dressage, à  celui couramment pratiqué pour une pension, qui est souvent entre 12 et 14 euros. Le  prix   du dressage simple, sans la pension se situe en moyenne entre 900 et 1100 euros. 

Il  est  évident que ces chiffres ne sont que des tendances et correspondent à une moyenne. Ils peuvent différer   en  fonction   des   régions  et  de  la  prestation  apportée  sur  le  chien, ce  qui ne permet pas beaucoup de comparaison.

En tout état de cause, un dressage, digne de ce nom, doit comprendre ;

- une obéissance de base, avec le rappel, la marche au pied, (avec et sans laisse) et blocage à distance

- le travail de l'arrêt,

- le couler à l'ordre,

- la sagesse à l'envol,

- le rapport forcé.

Dans ce cas, il ne peut difficilement coûter moins de 900 euros et durer moins  de  six semaines. ceci n'a rien à voir avec un débourrage, aussi complet soit-il, qui lui, ne  comprendra  pas la sagesse à l'envol et le rapport forcé et qui sera forcément moins onéreux (500 à 600€ pour 15 jours).

 

A  LA  CARTE

La conjoncture actuelle aidant, tous les propriétaires n'ont pas les moyens de laisser leur chien pendant six semaines aux dressage. Beaucoup de dresseurs ont donc établi un prix fixe à la journée, en fonction de quoi, il est possible de moduler le dressage.

Ces prix varient entre 40 et 50 euros par jour. Si  cette formule peut accommoder certaines bourses, elle comporte  toutefois  l'inconvénient  de  fractionner  un  dressage  qui auraît pu être plus rapide d'un seul trait.

Le  dressage  à  la  leçon  fait  aussi beaucoup d'émules et même s'il n'est pas forcément moins onéreux qu'une formule traditionnelle, il a l'avantage de dresser le maître en même temps que le chien, avec tout ce que cela suppose de contretemps pour arriver à un résultat notoire. Ces leçons  coûtent en moyenne entre 30 et 40 euros de la 1/2 heure et durent entre une heure et une heure et demie.

 

L'ASSOCIATION DES CHASSEURS AU CHIEN D'ARRÊT

Avant  de  mettre  votre chien  définitivement au dressage  chez  un professionnel, il est important de se  renseigner  sur ses  capacités et sur ses méthodes. Dans  toutes  les  professions   on  dénombre   une certaine proportion de charlatant et celle des dresseurs n'en compte pas moins que les autres. L'Association  des  Chasseurs  au  Chien  d'Arrêt  est là pour vous éviter une mauvaise surprise et vous conseiller    dans    votre   choix. Ses   membres   sont  en grande partie des amateurs éclairés du milieu cynophile, En tout état de cause, une visite au chenil, ainsi  qu'un entretien avec le dresseur s'imposent, car pour confier son chien, un propriétaire doit avoir entière confiance en son dresseur.

 

Qu'il  soit  destiné  à  la chasse  pratique ou à une éventuelle carrière en compétition, le chien doit recevoir les mêmes bases d'éducation. Les possibilités de chaque individu et surtout les qualités naturelles feront la différence par la suite.

 

L'ENTRAîNEMENT

Il  est  important  que  votre  chien  reçoive  une  éducation  de base avant  de  partir   pour l'entraînement. Celle-ci doit se faire en même temps  que  vous  dresser votre chien pour la chasse pratique, mais les points techniques doivent être cloisonnés de façon différente.

 

POUR PARTICIPER A LA COMPETITION

Le dressage pour la compétition consiste à préparer votre chien en vue  des  fields  trials. Il  est à  la  fois très technique et très poussé, mais tout en laissant beaucoup d'initiatives à votre chien dans la recherche du gibier, (c'est impératif).

 

Après  son  éducation  de  base  et  un  bon  entraînement, votre chien sera apte ou inapte à faire de la compétition. ATTENTION ! le  terme  inapte  ne  signifie en aucun cas que votre chien est mauvais; mais tout simplement que cette discipline des fields n'est pas faite pour lui. Mais il fera  surement un excellent chien de chasse ! Faire de la compétition est un investissement financier important pour vous, physique et moral pour le dresseur. Il   est  donc  important  pour vous  d'avoir  l'avis  de  votre  dresseur  pour  le  déroulement   de   sa   futur   carrière,  en sachant  qu'il  y  a  toujours une part de chance qui n'est pas négligeable.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une sagesse à l'envol parfaite
Une sagesse à l'envol parfaite

DRESSAGE

Basé  sur  une  grande  expérience de la chasse, le  dressage développe tout ce qu'il y a de bien chez votre  compagnon il atténue également tous ses défauts, il lui permettra de développer sa passion tout en contrôlant son instinct d'indépendance, il le rendra mature et il développera chez lui son intelligence. C'est grâce à lui que l'on met en valeur les qualités naturelles du chien.

Le dressage étant le façonnage des réflexes, c'est avec passion du chien, rigueur, précision et contact tout  en  respectant  la   psychologie canine que le dresseur fera de votre chien un auxiliaire de chasse vous procurant d'immenses plaisirs.

Aller jusqu'à la quintessence de votre chien est certainement le but et l'objectif du dresseur et pour cela il s'appuiera sur ses connaissances de la race.

Un  dresseur n'oubliera jamais que votre chien à dresser est avant tout votre compagnon de chasse ou de  votre  famille, que  votre  chien  soit  plus  ou  moins  bon  n'entrera  pas dans l'intérêt qu'il lui porte.

Chaque chien mérite toute son intention.

Renseignez-vous, il y a des dresseurs confirmés avec plus d'une trentaine d'années de métier, avec un grand nombre de chiens dressés et qui viennent de tous les horizons, avec une réputation qui n'est plus à faire et bien construite au fil des ans après plusieurs années de concours et de nombreux champions de travail avec des résultats sur chaque sujet qui leurs ont été confiés

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bon ou mauvais dresseur

                    Bon  ou  mauvais  dresseur,  comment  le  savoir ?

                         En  20ans,  le  nombre  des  dresseurs,  a  décuplé

 

La parole est donc à l'Association des dresseurs.

 

Vous  avez  décidé  de  faire  dresser  votre  chien  et  vous  ne  savez pas, devant le trop plein actuel de dresseurs, à qui vous adresser.

Il  y  a  une vingtaine d'années le nombre de dresseurs était dix fois moins important qu'aujourd'hui et de ce  fait  le  choix  était  restreint. Maintenant  ce  choix est devenu immense et en vous précipitant chez le premier  venu  vous  risquez  d'apprendre  à  vos  dépends  que certains dresseurs sont au dressage ce qu'un  peintre  en  bâtiment  est à la peinture artistique. Si vous désirez extraire la quintessence de votre chien  ne  vous  trompez  pas  d'adresse  les  conséquences  risqueraient  d'être irréversibles pour votre compagnon.

Sur quels critères doit s'effectuer le choix ?

 

LE  DRESSEUR

Dresser  un  chien de chasse demeure relativement simple si l'on respecte quelques principes de bases. Un  dresseur  doit  être  compétent, disponible  et  posséder  un  minimum  d'outils  de travail appropriés. Patience, doigté  et  psychologie  doivent rester prioritaires, par rapport au collier électronique, cravache ou  nerf  de  boeuf. Si  vous  ne sentez pas chez l'homme qui va prendre en main votre chien, toutes ces conditions  essentielles  réunies du bon dresseur, (plutôt que la brut ou du truand) il vaut mieux aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte.

Si  la  proximité  peut  déterminer votre choix, les quelques dizaines de kilomètres de plus ne doivent pas être  un  handicap  pour  mener à bien le dressage de votre chien. Il ne faut pas hésiter à faire un détour parfois, car  quelques secondes entre de mauvaises mains peuvent nuire à vie au mental d'un sujet pétri naturellement de qualités.

Il  faut  vous  méfier  aussi  des  publicités  ainsi  que des prospectus alléchants où il est possible de tout apprendre à votre chien, même le contraire de ce que doit être un chien de chasse.

La  psychologie  qui devait être canine se transforme alors en piège pour incrédules avec des tarifs dont l'élasticité est surprenante.

 

LE  LIEU

Les  chenils  de  type  bidonvilles  insalubres  sont  à  proscrire, ne  vous attardez pas, le résultat final du dressage  risque  de  ressembler  au  décor. La  concentration  de  chiens  dans  n'importe  quel  endroit nécessite  des locaux toujours propres. Si vous devez acceptez de voir votre chien derrière des barreaux parce  que  cela  est  incontournable  pour  mener  à  bien  son  dressage, en  aucun cas vous ne devez l'abandonner  dans  des  locaux  où vous constateriez un manque d'hygiène à l'oeil nu. Car ce que votre oeil  aura  vu  n'a  rien  de comparable avec tout ce qui peut traîner comme " bébêtes " prédatrices de la bonne santé de votre compagnon.

 

LE  GIBIER

Quel gibier sera utilisé pour mener à bien le dressage ? Ce gibier devra être bien volant qu'il s'agisse de perdrix,  de  faisans  ou  de  pigeons. Si  certains  chiens  peuvent  être débourrés voire dressés sur une perdrix entravée ou un pigeon, il ne sont pas légion. Plus votre chien aura à ce mettre sous le nez et non pas  sous  la  dent  du  gibier  capable de se défendre, plus son dressage aura de chance d'être mené à bon terme.

 

LE  TERRAIN

Le  dresseur  possède-t-il  un  parc  ou  une  volière  destinés  au  dressage ? Leurs  surfaces sont-elles suffisamment vastes pour que votre chien puisse s'exprimer ?

Un terrain de dressage, pour être valable, doit donner au gibier, qui est pratiquement toujours d'élevage, la  possibilité  de  se  défendre. Votre pelouse ne conviendra pas et un endroit qui ressemble à un timbre poste  serait  peut-être  plus  approprié  à  servir  de  potager. Un  dresseur digne  de  ce nom se doit de posséder un terrain, clos ou non, suffisamment vaste ou bien fourni en végétation pour donner à l'animal confié toutes les chances de réussite. Il doit être aussi bien fourni en gibier.

 

Ces  conditions étant toutes remplies il ne vous reste plus qu'à savoir si le dresseur que vous avez choisi est  disponible. Un dressage doit s'effectuer de façon répétitive. Vous comprendrez alors aisément qu'un dresseur  consciencieux, s'il  n'est que dresseur c'est mieux. Vous admettrez aussi que l'honnêteté de sa part est d'accomplir le travail que vous lui avez demandé, en fonction des possibilités de votre " canard ". Maintenant  si  le  chien  confié  ne  connaît le territoire giboyeux qu'à travers les grilles de son chenil, sa progression risque d'être compromise.

Un  aide  compétent  seconde  parfois  l'homme de l'art et cela reste tout à fait normal. Il serait beaucoup moins   acceptable qu'un apprenti le fasse. En fonction du prix qui vous sera demandé vous aurez droit à la serviette en papier, ou en tissu...ou pas de serviette du tout, vous utiliserez simplement votre mouchoir personnel  pour pleurer le jour de l'ouverture sur le résultat obtenu. Sans devenir " parano " méfiez-vous de  tout, des  dresseurs qui ne vous communiquent pas les prix par téléphone, également de ce qui vous promettent un résultat avant même d'avoir vu votre phénomène, si beaucoup de dressages peuvent être menés  à  terme, pour  d'autres, moins  nombreux heureusement, le résultat demeure aléatoire. Ceux qui affirment  qu'ils  ont  des " trucs " qui  leur  assurent  une  facile  et  rapide  réussite  sont  des menteurs. La  vraie  compétence étant de faire d'un sujet parfois peu doué au départ un excellent chien de chasse. La  compétence  demeure  un  point  essentiel  lorsqu'un  client  néophyte  doit  jeter  son  dévolu sur un dresseur. Le  field-trial  est  un moyen sélectif et peut vous donner une longue liste de professionnels qui classent  régulièrement leurs chiens (car ici l'essentiel n'est pas de participer, mais de gagner, sans jeter la pierre à Coubertin). Par contre, il existe aussi des dresseurs qui ne font pas ou plus de concours pour des raisons qui leur sont propres et qui possèdent une excellente réputation. Vous pouvez constater que ce  n'est pas simple mais un conseil supplémentaire peut vous aider dans votre choix : tenez compte du " bouche  à  oreille " à  condition que dans cette bouche il n'y ait pas une mauvaise langue, et que l'oreille ne  soit  pas  celle  d'un  sourd. Combien  de  grands  chiens  après  un  passage  chez les dresseurs de pacotille   ont   traîner   une  vie  misérable  et  erratique  sur  les  terrains  de  chasse ?  Dans  quelques kermesses ont peut voir ces dresseurs faire des démonstrations ou commenter des évolutions de chiens qui laissent songeur le spectateur qui connaît un peu.

Les  prêcheurs  du  dressage  sont  devenus  monnaie courante. Ils sèment leur parole à la conquête du portefeuille  de  l'incrédule  qui  passe. Beaucoup  ont  déjà  été  victimes  de  ce  genre  de personnage.

Si  ces  quelques  lignes peuvent vous aider, l'Association des dresseurs de chiens d'Arrêt, Retrievers et Broussailleurs, aura fait ce pas qui se veut moralisateur de la profession.

 

                                                                                             ASSOCIATION  DES  DRESSEURS

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

A  LA  LOUPE

Une  question  de  caractères

 

La  prise  en  compte  de  votre  caractère est primordial. Si vous êtes du genre timide ou sensible, faites  d'emblée  l'impasse  sur  des  races  comme  le braque allemand ou le drathaar nécessitant poigne  et  rigueur. Si  vous êtes  un  " gaillard "  à  forte  personnalité, impulsif  et  coléreux, vous devez d'office abandonner l'idée de prendre une race sensible comme les setters ou le pointer, car vos   erreurs   se   payeront " cash", avec  sans  doute  des  conséquences  souvent  irréversibles. D'autant  que  là  encore, il y aura sûrement sujets à disputes avec votre entourage si votre chien semble  totalement dépourvu de joie. Je me souvient d'un ami, chasseur de gros gibier, habitué  à conduire  une  meute  de  petit  fauve  de  Bretagne, qui, pour  faire  plaisir  à  son épouse et à ses enfants, avait  accepté de prendre une femelle setter anglais. Joignant l'utile à l'agréable, il s'était dit  qu'il  pourrait  ainsi  chasser  le  petit gibier quelques jours dans la saison... Mon ami au grand coeur,  mais  au  physique  très  impressionnant, à  la voix forte et grave et au tempérament plutôt rude, se  retrouva ainsi très vite avec toute la famille sur le dos, sous prétexte qu'il  " martyrisait " la chienne. Craignant  son maître, alors que ce dernier n'exerçait aucune violence à son égard, la belle  anglaise  préférait  en  effet  prendre  la  fuite. Mon  ami est venu me voir et ensemble, nous avons mis en place un programme et définit une nouvelle manière de conduite.

Aujourd'hui, la  chienne  chasse  à  merveille  la  bécasse en forêt. Ses voisins et amis viennent la chercher quand mon ami conduit sa meute pour une autre chasse. Cet exemple montre donc que l'adaptation   et   le   changement  d'attitude  pour  certains  choix  de race seront  indispensables. Le  chiot  doit avoir confiance en son maître, et plus il aura confiance, plus il sera dévoué corps et âme, ce qui donnera un chien chassant pour son maître et non pour son compte personnel.

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

TROUVER  LA  RACE  QUI  VOUS  CONVIENT

Bien préparer la venue de votre chien de chasse est indispensable et le choix de la race est primordial. Les critères physiques vont peser dans la balance, mais il va falloir aussi vous interroger sur vous-même, mais aussi sur votre mode de chasse, le biotope, ainsi que le type de gibier que vous chasserez.

Il est évident qu'au premier abord, c'est l'aspect physique qui guidera le plus souvent votre choix, comme cela  se  passe  d'ailleurs  la  plupart  du  temps  dans  les  couples, car  il  faut  bien parler de couple en désignant le chasseur et son chien.

Mais  comme  dans toutes rencontres, il faudra " qu'après l'attirance physique, la mayonnaise prenne ! ", que  vos  caractères soient compatibles. Evitez pour cela les conseils basés uniquement sur des critères de beauté et méfiez-vous des idées reçues...

L'arrivée  d'un  chiot  concerne  l'ensemble  de  la famille et en  grandissant, cette adorable boule de poil risque aussi de devenir un sujet de disputes, d'où la nécessité d'une adhésion familiale. Certaines races, par  exemple  difficiles  d'entretien ou débordantes d'énergie, auront vite fait d'exaspérer la maîtresse de maison qui vient de finir le ménage et qui doit  recommencer parce que le chien tout mouillé vient de tout salir  en  amenant  avec  lui  une odeur insupportable. Dans ce cas précis, un Braque ou un Pointer aura moins  de  risques de se retrouver au chenil qu'un griffon korthal ou un setter gordon. Quoi dire du chien que  vous  aviez  choisi pour son petit gabarit, et qui en fin de compte tient bien plus de place qu'un gros pépère bien sage dans sa panière ?

Ces  agacements  ne  vont  pas  contribuer  au  bon  développement de votre jeune chien, si celui-ci doit supporter  à  longueur  de  journée  réprimandes  et mauvaise humeur. Dans ce cas, le chenil est parfois préférable. Mais  si  toute  la  famille  y  met  du  sien  et  accepte de faire quelques concessions, cela se passera bien.

Je  pense  que  pour  obtenir  une  future  bonne  complicité  dans le couple chasseur et son chien, sans parler  de  son  développement  psychique, si important pour en faire un auxiliaire " intelligent " qui saura maîtriser la situation  devant du gibier bien plus rusé que les oiseaux de basse-cour, la vie de famille doit être privilégiée.

J'ai  vu  tant  de  maîtres  m'expliquer  qu'ils  ne  pouvaient  pas  passer  beaucoup  de  temps  avec  leur compagnon  car  ce  dernier  était  interdit  de maison, et qu'après une journée de travail bien remplie, ils avaient  parfois  du  mal  à  se motiver pour ressortir... Et c'est ainsi que de bons petits chiens, laissés au chenil   trop   tôt, sans   contact   avec   la  maison, n'ont  pas  pu  avoir  une  bonne  socialisation  et  un développement  mental  normal. Si  vous  optez  pour  le  chenil, il  est  impératif que ce lieu soit visible et proche de la maison.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

BULLETIN D'ADHESION
ADCCA - ADHESION 3.doc
Document Microsoft Word 120.5 KB